• Un Défenseur Puissant (partie 2)

    Un Défenseur Puissant 

    (2ème  partie)

     

    Ces bruits venaient de la case aux esclaves. La foule s'était accumulée autour de l'ouverture. Il entendit la voix criarde d'un de ces généraux en furie qui était d'une telle intensité qu'elle surpassait le vacarme des femmes en larme , et les voix des hommes qui semblent tonner sur un coupable. Le générale sorti son couteau pour s'apprêter à tuer. Le roi apercevant une silhouette brandir une arme, senti l'urgence de la situation. Il s'avança vers le centre de la zizanie tandis que ses hommes lui frayaient un chemin au sein de la foule. " Je t'ordonne d'arrêter, lui dit-il à son générale ». Il vit sur le sol un de ses soldats baignant dans son sang et devant lui, celui qui allait subir la loi de talion. C’était un prisonnier de guerre. "Il a tué l'un des nôtres ! " criait le peuple," Il n'a fait que se défendre!" rétorquait le peuple prisonnier entassé tel des bêtes dans les cases. "Tuez-le"…. épargnez-le!" …. La foule disait une chose et les prisonniers en disaient une autre. Mais qu'est-ce que la parole d’un prisonnier? Un roi se doit de satisfaire les désirs de son peuple. Partager entre sa logique et sa morale il fut déchirer en son cœur. Le général lui imposa de rendre justice sur l'heure, le peuple aussi.

     

    Silence! tonna le roi de sa voix imposante. Générale, je comprends votre fureur. Mais je reste votre roi et vous n'avez nullement l'autorité de me dicter ma conduite ! (puis s'adressant au peuple) quant à vous, sachez que la colère n’a aucune lucidité, on ne peut compter sur elle pour rendre justice. Tout comme le vôtre, mon cœur est meurtri de rage, c'est pourquoi je me garderais de rendre justice ce soir. Demain quand le soleil sera haut dans le ciel, nous ferons un procès". Et la foule se dissipa sur ordre du roi.

     

     

     

    Les heures passèrent .Le jour se lèvera bientôt sur les collines de l'Imerina. Ce fut une nuit d’angoisse. Le roitelet savait que pour la pérennité de son trône il devait faire abstraction de lui-même et  obéir aux normes, parfois injustes et irrationnelles, établis par les aïeux depuis des lustres.  Dans ce cas un jugement par le tangena lui semblait inévitable. En effet, pour décider de l'innocence ou non d'un présumé coupable, il était de rigueur qu'il avale un poison, puis le vomisse. S'il réussissait à le vomir, c'était signe que les dieux, le jugeant innocent, lui accordaient la vie ; S'il mourait c’est la punition divine pour sa culpabilité. Il ne voyait nullement quelle justice serait rendue par ce procédé et portait un dégout secret pour tous les cultes qu'il jugeait être une entrave dans l'accomplissement de la justice et qui ôte toute sens moral.

     

    Perdu dans ses rêveries, il ne se rendait point compte que ses pas le conduisaient sur les lieux du crime. Peut-être inconsciemment cherchait-il des éléments qui l'aideraient à établir la vérité. Et observant la case des prisonniers de guerre il vit des hommes et des femmes recluses.

     

     

    Sa vue s'attacha sur une femme. Une prisonnière qui l’avait captivé lors de la longue marche de retour après la bataille. Tous, dans la case semblaient lui témoigner mille respects. On lui parlait avec respect, on l’abordait avec estime. Était-elle de sang bleu, certainement se dit-il. Cette princesse déchue ne perdait point en noblesse ; Elle avait dans le regard une certaine fermeté, de tout son être émanait  une grande bravoure qui donnait à son aspect une finesse sans égale. Elle lui inspirait une étrange indifférence. « Ce soir se dit-il, une princesse de plus a perdu sa couronne, les aléas de la vie te l’ont ôté, et alors? Avant toi, d’autres ont vécu ce malheur, après toi d’autre la subiront. » La grandeur de cette prisonnière était des pétales dorés qui tombaient tristement sur la rudesse d’un rocher sans pouvoir y pénétrer.

    Un procès équitable devait avoir lieu. Il avait une impartialité sans bornes, un sens de la justice très affiné, cette nature le poussait à l’objectivité la plus complète. (À suivre)

     

    A Razafy

    Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :