• Stance à la Marquise , réponse à une poésie de Corneille

     imaginons une réponse à ce fameux  poésie  de Corneille

    Stance à la Marquise , réponse à une poésie de Corneille

    Au XVIIème siècle, Pierre Corneille avait écrit une poésie, Stance à la marquise pour une jeune actrice dont il était amoureux. Voici le contenue :

     

    Stance à la Marquise

     

    Marquise, si mon visage

    A quelques traits un peu vieux,

    Souvenez-vous qu’à mon âge

    Vous ne vaudrez guère mieux.

     

    Le temps aux plus belles choses

    Se plaît à faire un affront :

    Et saura faner vos roses

    Comme il a ridé mon front.

     

    Le même cours des planètes

    Règle nos jours et nos nuits :

    On m’a vu ce que vous êtes ;

    Vous serez ce que je suis.

     

    Cependant j’ai quelques charmes

    Qui sont assez éclatants

    Pour n’avoir pas trop d’alarmes

    De ces ravages du temps.

     

    Vous en avez qu’on adore ;

    Mais ceux que vous méprisez

    Pourraient bien durer encore

    Quand ceux-là seront usés.

     

    Ils pourront sauver la gloire

    Des yeux qui me semblent doux,

    Et dans mille ans faire croire

    Ce qui me plaira de vous.

     

    Chez cette race  nouvelle,

    Où j’aurai quelque crédit,

    Vous ne passerez pour belle

    Qu’autant que je l’aurai dit.

     

    Pensez-y, belle Marquise :

    Quoi qu’un grison  fasse effroi,

    Il vaut bien qu’on le courtise

    Quand il est fait comme moi.

     

    Pierre Corneille

    Stance à la Marquise , réponse à une poésie de Corneille

    Stance à la Marquise , réponse à une poésie de Corneille

     

    Supposons que la  Marquise lui ait répondu.  Voici une réponse que j’ai imaginée

     

    Stance à la marquise

    M'étais donc dédiée?

    Messire, vous m'avez fort surprise,

    Ainsi donc vous m'aimez ?

     

    Vous  exaltez votre âge illustre

    Mais votre vieillesse, il me semble, vous frustre.

    Et vous blâmiez ma jeunesse ?

    Quelle indélicatesse!

     

    Être muse de vos Stances

    Est, cependant, un honneur

    Pardonnez, je vous prie, ma réponse

    Mais je dois vous refuser mon cœur

     

    Nul l’orgueil, nul insolence

    C’est sans fiel que je vous rejette,

    Ne le prenez point pour offense

    Ceci est un acte de sagesse.

     

    Voyez-vous, bien que je vous refuse le mien.

    Je comprends votre cœur et ne le condamne point.

    Le visage se froisse par les rides

    Le corps au fil du temps s'épuise

    Mais jamais le cœur ne vieilli

    À tout âge,  il a besoin d'ami

     

    Arrivera prochainement celle qui vous est destinée

    Elle viendra soyez-en  sûre !

    Moi de même je trouverais chaussure à mon  pied, 

    Mais ce sera chaussure à ma pointure.

     

     

    Par A Razafy

     

     

     

     

    Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :