• Les shojos qui m’ont marqué

     

    En vacance à la campagne, j’ai épuisé tous les dramas de mon ordi ! En attendant de pouvoir en acheter d’autre, j’ai dû visionner des shojos (manga pour fille). J’en ai vu plusieurs ! Et  alors que j’étais paresseusement au chaud dans ma couette, ces mangas m’ont fait vivre des aventures exceptionnelles ! Voici les shojos qui m’ont le plus marqué !

    Bokura ga ita :

    Titre en français : c’était nous

    Synopsis : Nanami tombe amoureuse du plus beau garçon de l’école. Malheureusement, elle apprend que ce garçon volage cache en fait un immense chagrin. Il est encore meurtri par la perte de son ex petite copine, morte dans un accident. Nanami pourra-t-elle conquérir et guérir ce cœur brisé ?

    Mon avis : Au début c’était romantique, mais après quelques épisodes, il faudra faire des intervalles de pause entre les épisodes. D’un côté, l’histoire nous maintient en haleine ! On a envie de connaître la suite des évènements mais ce qui m’a paru lourde et ennuyeuse ce sont les longues analyses philosophiques et sentimentales de Nanami. Je suis une romantique mais là, elle a franchi une limite qui m’a poussé parfois à bailler. Mais, en gros l’histoire est très belle, si vous décidez de le voir PREPAREZ DES MOUCHOIRS!

     Les shojos qui m’ont marquéLes shojos qui m’ont marquéLes shojos qui m’ont marqué

     

     

     

     

     

     

     

    Akagami shirayuki :

    Titre en français : Shirayuki aux cheveux rouges 

    Synopsis : Shyrayuki est une pharmacienne aux cheveux étrangement rouges, elle excelle dans la fabrication de médicament à partir de plantes médicinales. Un jour, le prince du royaume tombe sous le charme de ses cheveux rouges, et la force à devenir sa concubine. Shyrayuki refuse et s’enfuit du pays. Dans sa fuite, elle rencontrera le prince Zen (2ème prince du royaume voisin) qui tombe fou amoureux d’elle. Ce shojo nous raconte ainsi  les périples politiques et les batails du prince Zen d’une part mais aussi  le parcours tumultueux de la jeune Shyrayuki qui poursuit le rêve de devenir une pharmacienne royale.

    Mon avis : SI VOUS REVEZ D’UN PRINCE CHARMANT sur un cheval blanc, d’un prince qui court toujours à votre secours, et qui ne regarde aucune autre femme à part vous, CE SHOJO EST POUR VOUS !

     

    Les shojos qui m’ont marqué

    Les shojos qui m’ont marqué

    Les shojos qui m’ont marqué

     

    Ookami Shoujo to Kuro Ouji

    Synopsis : Le jour où Erika entre au lycée, elle apprend qu’elle et sa meilleure copine seront dans des classes séparées. C’est alors qu’elle panique, elle a peur d’être abandonnée seule dans son coin durant toute l’année scolaire. Pour attirer l’attention des autres filles de la classe et pour intégrer le groupe, elle joue la fille cool. Elle fait  alors croire à tout le monde qu’elle est en couple. Mais ces mensonges la rattrapent ! Pour certifier auprès de ces amies qu’elle a effectivement un copain, elle doit leur montrer une photo de son petit copain. Tête en l’air et impulsive, elle va prendre en photo un bel inconnu au hasard dans la rue, avant de s’enfuir à toutes jambes. Malheureusement, il s’avère que ce bel inconnu en question est un garçon de son école ! Elle devra s’excuser et s’expliquer !

    Mon avis : si on oublie le côté macho du petit copain, ce shojo est super ! J’ai ri, j’ai pleuré ! Cette héroïne, maladroite et écervelée, est une véritable bouffé d’air fraîche ! ON NE S’ENNUIE JAMAIS AVEC ELLE !

     

    Les shojos qui m’ont marqué

    Les shojos qui m’ont marqué

    Les shojos qui m’ont marqué

     

    Akatsuki no yuna

    Titre en français : Princesse de l’aube

    Synopsis : Yuna est une princesse aux cheveux rouges. Dans le château de son père, elle se délecte d’une vie de luxes et de confort. Mais la nuit de ses 16 ans un terrible évènement va la contraindre à s’enfuir. Elle perdra en un instant sa couronne, sa richesse, son pouvoir et son château ! Au fur et à mesure des épisodes nous verrons une petite gamine fragile et pleurnicharde se transformer en une grande guerrière, une véritable protectrice du royaume et un héros incontesté du peuple.

    Mon avis : ce shojo est EXCEPTIONNEL ! J’ai hâte de voir la saison 2. Le personnage principal est drôle, maladroite, innocente ! Elle est très attachante ! Le méchant, lui,  c’est un personnage complexe ! Malgré tout le mal qu’il a fait, on ne peut s’empêcher de l’apprécier ! Il est beau, il est intelligent ! Il est amusant ! Je n’arrive pas à le détester !

    ATTENTION SPOILER : (excusez-moi mais je ne peux pas m’empêcher de le dire) la princesse Yuna (l’héroïne) est amoureuse du méchant !

    Les shojos qui m’ont marqué

    Les shojos qui m’ont marqué

     

    Yahari Ore no Seishun Love Comedy wa Machigatteiru

    Titre en français: ma vie foireuse d’adolescent 

    Synopsis : Hikigaya est un garçon solitaire, et cynique ! Son prof l’oblige à intégrer le club des volontaires. Il y fera la connaissance de deux filles : Yukino, une fille intelligente et froide ; et Yui une fille bruyante, drôle et débordante de vie. Ce club de trois volontaires aura pour tâche d’aider leur camarade à régler leur problème d’adolescent (il peut s’agir de problème lié au lycée ou encore de problèmes personnels).

    Mon avis : Hikigaya  a peur des relations sociales, il sait qu’établir un lien avec les autres, c’est s’attacher à eux ; et s’attacher à eux c’est courir le risque d’être blessé, c’est pourquoi il a choisi de s’isoler du monde et de vivre sa jeunesse au lycée dans la solitude. Ces nouveaux amis le sortiront alors petit à petit de sa bulle pour lui faire vivre de belles aventures. Ce shojo est très très très DROLE, mais aussi très très très PHILOSOPHIQUE ! J’ai rit aux éclats ! J’ai pleuré mais j’ai aussi appris des points de vue très profond et très perspicace sur les relations sociales

     

    Les shojos qui m’ont marqué

    Les shojos qui m’ont marqué

     

     

    Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Penny dreadful

     

    Le titre de la série : Penny Dreadful

    Cette série regroupe tous les héros de romans noirs coutant un penny à l’époque victorienne. D’où le choix du nom de la série : Penny Dreadfull. On y retrouve ainsi des personnages tels que Frankenstein (issu du roman Frankenstein ou le Prométhée moderne), Dorian Grey (du roman d’Oscar Wilde le portrait de Dorian Grey), ….

     

    Penny dreadful (saison 1)

    Synopsis :

    Sir Malcom Murray, un riche gentleman londonien, est à la recherche d’un être cher enlevé par une créature hors du commun. Aidé par sa grande amie Vanessa Ives, une cartomancienne, il ralliera à sa cause Ethan Chandler, un Américain expert dans le maniement des armes à feu, ainsi que Victor Frankenstein, un jeune médecin plein de ressources pour affronter les sombres créatures qui peuplent les nuits de Londres.

     

    Personnage :

     

    ¾     Sir Malcom Murray : est un riche gentleman londonien, son âme d’aventurier l’a conduit à faire des explorations en Afrique où une montagne porte son nom. Obstiné il va toujours au bout de son entêtement. Pour retrouver l’être cher qu’on lui a volé il est prêt à éradiquer la création entière. Malgré ses écarts il demeure une sorte de figure paternelle pour toute l’équipe surtout pour Vanessa et Victor.

    Penny dreadful (saison 1)

    ¾     Vanessa Ives : c’est un mystérieux personnage, son regard est sombre et ses pouvoirs parfois maléfique. Elle a la faculté de lire l’avenir dans les cartes, mais elle semble cacher un lourd secret. On la voit souvent à genoux et tremblante devant une croix.

    Penny dreadful (saison 1)

    ¾     Ethan Chandler : un Américain volage et bagarreur qui excelle en arme à feu. A première vue il semble être le seul personnage normal de la série. Cependant ce n’est qu’en apparence puisqu’il a laissé beaucoup de secret derrière lui en Amérique.

    Penny dreadful (saison 1)

    ¾     Dr Victor Frankenstein: c’est l’intello de service. On a recours à ces services pour analyser les créatures capturées, pour trouver des remèdes, pour guérir les blessés… Mais ce jeune médecin se révèle être  plus enclin à la recherche et aux expériences scientifiques qu’aux soins médicaux.

    Penny dreadful (saison 1)

    ¾     Caliban: c’est la première expérience humaine de Victor. Doté d’une force surhumaine, et d’une apparence rebutante, il manifeste un problème d’adaptation au sein de la société et voue une haine immense pour son créateur. Son seul refuge est la lecture de grands œuvres littératures.

    Penny dreadful (saison 1)

    ¾     Dorian Grey : jeune gentleman fortuné, d’une très grande beauté, il est fasciné par Vanessa Ives. (c’est le beau gosse de service, juste là pour nous donner des palpitations cardiaques)

    Penny dreadful (saison 1)

    ¾     Sembene: majordome et homme de confiance de Sir Malcom Murray. C’est aussi un guerrier africain féroce.

    Penny dreadful (saison 1)

     

     

     

     

    Mon avis :

     

    Selon moi,  ce qui fait le succès de cette série ce sont les intrigues, les personnages complexes et fascinant, mais surtout la beauté des répliques.

     

    ·         Intrigue :

    En un mot, cette série est exceptionnelle ! Les scénaristes ont su jouer à la perfection sur l’intrigue. J’étais scotché sur mon fauteuil à chaque épisode à me demander : mais qui recherche sir Malcom ? Mais qu’est-ce qui effraie Vanessa au point de rester à genoux chaque nuit devant cette croix ? Mais pourquoi Ethan a-t-il fuit l’Amérique …                tout comme les romans dont il est inspiré, cette série allie thriller et horreur, je suis très sensible et certaines scènes m’ont horrifié.

    ·         Mes personnages préférés :

    Mes préférés sont Dorian Grey et Caliban !

     

    Penny dreadful (saison 1)

    Penny dreadful (saison 1)

     

    ¾     Avec sa gueule d’ange, DORIAN a trois aspects : en société c’est un véritable prince charmant ! Dorian parle avec beaucoup de douceur et de classe ! Tous ces gestes sont nacrés de charmes ; initié à l’art de la bienséance et de la conversation, sa compagnie est un véritable moment de plaisir ! Dorian Grey c’est le mec parfait par excellence ! mais en réalité c’est un gros dégueu vicelard ! il s’en fout totalement des règles morales de la société (vues toutes les orgies et les débauches auxquelles il s’adonne) ; cependant c’est un personnage plein de mystère. Ce personnage m’a tellement fasciné que j’ai commencé à lire le roman !

     

    ¾     Partagé entre humanité et monstruosité, CALIBAN est un être incompris dont le seul désir est d’être aimé et accepté pour ce qu’il est. Si on oublie son visage repoussant et les erreurs que sa situation l’a conduit à faire, c’est le personnage le plus adorable! Il est fort, il est sensible ! il a un regard magnifique kiss ! et il s’exprime comme Shakespeare kiss ! Il est juste … (soupir) bon j’arrête, j’avoue que je suis sous son charme !

     

    ·         Des répliques  dignes des grandes œuvres littéraires :

     

    « Mais je ne suivrais un fleuve, ni ne gravirais un pic pour y planter un étendard. Cela est solipsiste et auto glorificateur à l’image de ces scientifique qui observe les planètes uniquement pour l’éblouissement astronomique, les botanistes qui étudient les diaprures des fougères amazoniennes, du zoologiste hypnotisé par la spirale de la vipère lovée sur elle-même. Et tout ça pour quoi ? La connaissance en tant que telle ! L’allégresse de la découverte ! Planter son étendard au cœur de la vérité ? Il n’existe qu’un seul et unique objectif à toute démarche scientifique qui est digne de ce nom : percé le mince voile qui sépare la vie de la mort. Tout le reste du plus profond des océans au sommet des plus hautes montagnes jusqu’à la plus lointaine planète  est insignifiant. La vie et la mort sir Malcom, le bref instant qui sépare l’une de l’autre, plus vif qu’un battement d’ailes, plus beau que tous les sonnets de la littérature. Tel est mon fleuve, tel est ma montagne, c’est là que je planterais mon étendard. » Victor Frankenstein (épisode 1)

     

    « Ma venue au monde fut un absolu et terrifiant agonie ! Assurément CA n’était pas l’homme prométhéen que tu t’étais imaginé ! CA était loin d’être le glorieux triomphe sur la mortalité, de l’Adonaïs élégiaque décrit par Chelet. CA était une abomination … alors tu as fui ! La première expérience humaine que je connus fut le rejet, alors ne t’étonne pas de mon aversion pour ton espèce ! » Caliban (épisode 3)

     

    Penny dreadful (saison 1)

     

    D’habitude, je préfère les trucs romantiques et drôles ; les séries gores et horreurs ce n’est pas du tout mon genre. Mais là, je suis conquise ! J’ai dévoré toute la série en 2 jours ! Je regarderais prochainement la saison deux !

     

    Et vous, avez-vous déjà visionné la saison 1 ? Qu’en avez-vous pensez ?

    Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • La voix d'une plume

    I-          L’importance de l’écrit :

     

    ¾     L’écriture se révèle être l’invention la plus ingénieuse de l’humanité. Selon le proverbe : « Les paroles s’envolent, les écrits restent». En effet, les paroles sont vite oubliées mais l’écrit demeure. De ce fait, en tant que marques indélébiles qui survivent à l’oubli. L’écriture constitue un  vecteur des connaissances anciennes que nos prédécesseurs ont soigneusement  gravé dans la pierre, ou sur les pages d’un vieux parchemin, à l’intention des générations qui lui succèderont. C’est grâce à elle que les œuvres des auteurs anciens nous sont parvenus.

     

    La voix de d'une plume

    ¾    Par ailleurs, l’histoire nous révèle que depuis des lustres, des monarques avisés se sont attaché à instruire leur nation. C’est le cas de Charlemagne (774-814) ; son règne a favorisé l’essor du réveil intellectuel en Occident ; plusieurs siècles plus tard, en Russie, le tzar Pierre 1er le Grand (1672-1725), entrepris des réformes dans le domaine de l’éducation en développant l’enseignement supérieur. Et vers le XVIIème siècle, l’empereur Mutsuhito (1868 – 1912) qui  inaugure l’ère Meiji suivi la même perspective. Ce dirigeant avant-gardiste et charismatique prit l’initiative de promouvoir l’éducation de masse au pays du soleil levant. Ce zèle royal pour l’éducation populaire est plus que fondé car « un peuple analphabète, sans écriture, sans mémoire, est un peuple qui n’a pas d’histoire » (Jean-Marie Adiaffi).  

     

    La voix de d'une plume

     

    ¾     De plus, si on se penche sur la littérature, l’on remarque que chaque œuvre est intégrée à un contexte socio-culturel ; en d’autres termes, c’est dans l’écrit que transparaît le vécu d’une société à une période donnée. C’est en effet, à travers son œuvre que chaque écrivain nous présente son époque! il nous informe sur les mœurs, les mentalités et les modes de vie de ses contemporains. Ainsi, le Rouge et le Noir de Stendal dépeint les frustrations d’une jeunesse qui ne peut s’élever au sein d’une société royaliste, fondée sur les privilèges. Quant au célèbre best-seller de  Kumiko Kakehashi intitulé les lettres d’Iwo Jima, il  nous présente les souffrances des soldats japonais et la violence dont ils furent témoins durant la guerre du Pacifique.

     

    ¾     L’écriture revêt une importance capitale, elle transmet des savoirs, elle retranscrit l’histoire d’une nation, elle témoigne des mœurs d’une société à une période déterminée! Et les traces qu’elle laisse ont un poids considérable !

     

     

     

    II- Le pouvoir des mots :

     

    ¾     Etrangement, la voix d’une plume change tour à tour selon les desseins de celui qui la manie: entre les mains d’un Ronsard elle élève un chant romantique qui ferait frémir les cœurs de pierre. Manipuler habilement par un Molière, sa voix badine vous esclaffera, tandis que sous la dictée d’un Edgar Poe, la plume vous fera frissonner de frayeur ! Cependant, j’admire particulièrement sa voix moralisatrice et contestataire.  

    La voix de d'une plume

     

     

    ¾     René Descartes  affirmait « la parole a beaucoup plus de force pour persuader que l’écriture », permettez-moi d’en douter sachant que  sous le règne de l’absolutisme, de la terreur, de l’esclavage… sous le poids du fascisme, de la ségrégation, d’un régime totalitaire, et de toute autre forme d’injustice, la fébrile petite plume s’est bravement dressée contre l’épée et le fusil, en porte-parole d’un peuple opprimé.  elle a contribué à changer le monde ! Bien que légère, la plume recèle indéniablement de grandes capacités ; ses mots ont plus de pouvoir que l’on ne pourrait imaginer.

     

     

    III-    Ma passion : écrire

     

    Ma plume n’est point aussi savante et oratoire que celle des grands hommes qui m’ont inspiré, mes propos ne changeront peut-être pas ce monde, et au cœur de cette société, où l’écrit perd petit à petit son ampleur au profit de l’audio-visuel, certains seront peut-être sourd à mes paroles…  Cependant comme le dit si bien Jean COCTEAU « écrire est un acte d’amour », et j’aime écrire ! Étant de nature timide et silencieuse, il me plaît d’extérioriser mes pensées sur des feuilles volantes, dans l’application journal intime de mon smartphone, ou sur les pages d’un bloc note  jusqu’à tard, le soir à la lueur d’une lampe!  

     

    La voix de d'une plume

     

     

     

     

    Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    5 commentaires
  • Lorsqu'une femme passe devant un objet miroitant, curieusement, son regard s'attarde sur son image. Ce geste est un réflexe inoffensif, je vous l'accorde, cependant l'apparence ne doit  devenir une obsession. Cela sous-entend-il que nous devons nous enlaidir ? Certes non ! Chacun veut  aimer l’image que le miroir projette de lui. Eclaircissez votre teint, donner du couleur à vos ongles et vos lèvres, revêtez des habits qui mettent en valeur vos contours, mettez à vos pieds des chaussures qui vous donneront l'impression de voler.

     

    Comment être belle.

    Un brin de bonté:

    Pour être belle, voici un ingrédient secret : la bonté. Cet ingrédient est l'essence de toute beauté. La plus belle femme du monde, si elle est démunie de gentillesse, verra son charme tomber comme de la poussière aux yeux de tous. De ce fait, que votre beauté extérieure ne soit pas ternie par une laideur intérieure. Cette laideur-là rendrait votre visage méprisable. Or, une femme aimable, sera toujours agréable à la vue, qu’importent ses défauts physiques. Gardez alors en tête que la vrai beauté c'est celle du cœur.

     

    Comment être belle.

    Une pincé de conviction: 

     

    Vous êtes belle dès l'instant où vous vous sentez belle. Une conviction inébranlable en soi se manifeste à l'extérieur et gagne tous ceux qui nous entourent. Cessez alors de citer vos défauts ! Ne tombez pas dans l'excès du "m'as-tu-vu" au risque d'être ridicule. Comprenez ceci : pour que tout le monde soit gagné par votre beauté vous devez tout d'abord être convaincu que vous êtes belle. Et vous l'êtes.

    Comment être belle.

    Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Hégémonie linguistique à Madagascar

    Sept poètes français se dressent contre la domination latine

    Au XVIème siècle,  un groupe de sept écrivains, nommé la Pléiade, s’était donné pour mission de rendre la langue française illustre. En effet, le latin s’imposait alors  comme la langue administrative, la langue ecclésiastique et la langue des élites intellectuelles de l’époque. Ces hommes de lettres finirent par remporter la bataille ; En 1539, François Ier  signe une ordonnance : le français devient la langue officielle de l’administration et du droit. S’ensuit alors, une profusion de littérature richissime : des œuvres littéraires, des ouvrages scientifique, historique et philosophique…qui secouèrent les pensées, modifièrent les mentalités et engendrèrent des révolutions. La langue française s’illustre tant et si bien qu’elle est désormais parlée par 275  millions de personnes dans le monde (en 2014).Mais malgré ses succès, une menace la  guette ; selon Alfred Gilder :« jadis universelle, le français passe pour une langue morte, à force que s’intensifie l’abus de termes « anglo-ricains », impropre et disgracieux »1.  Au XXIème siècle, il est évident que la France mène une bataille culturelle pour garder la pureté et la notoriété de sa langue devant l’hégémonie de l’anglais américain. Entre-temps, de l’autre côté des mers, à Madagascar, pays souverain et indépendant, la France promeut la francophonie.

    Hégémonie linguistique à Madagascar

    L’illustre langue française en face de la malgachitude3

    La civilisation française est étroitement liée à celle de Madagascar par un lien historique. Après la colonisation, l’impérialisme français s’insinue sournoisement. Certains Malgaches le dénoncent ; mais pour comprendre la situation linguistique actuelle de  la grande île, il nous faut tout d’abord identifier le statut du français à Madagascar. Le français est la langue d’enseignement et d’apprentissage, c’est également la langue administrative. Par ailleurs, on remarque une prolifération des écoles d’expression française dans toute l’île. Hégémonie linguistique à MadagascarLa jeunesse actuelle en pâtit et  parle : soit totalement en français, soit un mélange de français-malgache, soit un malgache orale et argotique. « Autant dire que nous ne savons plus notre langue et qu’à force d’apprendre celle des autres peuples, nous avons laissé la nôtre vieillir et se dessécher»2. Or, la langue c’est le véhicule de toute une culture, c’est identité de toute une nation. A ce rythme plus qu’inquiétant, la jeunesse malgache risque d’être acculturé...Qui mettrons-nous sur le banc des coupables? La colonisation? La francophonie?....Que Madagascar se regarde dans la glace : une prise de conscience s’impose. «Optant pour la langue du plus fort, nous répudions la nôtre, comme s’il s’agissait d’une langue de rustauds déclassés pour cause de dialecte honteux »4. Or la langue de DOX n’est-elle pas aussi belle que la langue de Molière, de Shakespeare, de Goethe?Selon Michelet « La langue est la représentation fidèle du génie des peuples, l’expression de leur caractère, ….. » Madagascar ne manque pas de génie, ni d’originalité. Il est temps que le peuple redore le blason de sa langue ; Car, comme le dit si bien le dicton hongrois,c’est dans la langue que vit la nation.

    1 Et si l’on parlait français, Alfred Gilder, Le Cherche Midi éditeur, collection Document, 1993

    2Esthétique de la Langue française, Rémy de Gourmont, 1899

    3 « Malgachitude » est un terme utilisé en littérature francophone pour désigner la mise en valeur de la culture malgache. Ce terme est inspiré du terme « négritude » employé par Césaire dans son poème intitulé « Ma Négritude » (Aimé Césaire, Cahier d’un retour au pays natal, 1939).

    4Et si l’on parlait français , Alfred Gilder, Le Cherche Midi éditeur, collection Document, 1993

    Hégémonie linguistique à Madagascar

     

     

    Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires